Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Rien de plus important… que le cellulaire

 Imprimer   Envoyer 
Photo : pexels.
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 21 mai 2024      

Samedi soir. L'été envoie ses signaux avant-coureurs. La température est douce, les fleurs des lilas laissent éclater la joie de leur retour. Les tulipes se referment pour la nuit, repos avant l'épanouissement attendu sous le soleil du lendemain.   

Pour une énième fois durant dernières décennies, on se retrouve au Vieux Clocher de Magog. On connaît bien la salle et ses personnes. On s'y sent un peu chez nous. C'est ça, d'ailleurs, une des clés du succès de cet endroit devenu mythique : on s'y sent bien !

La salle est déjà bondée quand on s'installe. Plein de personnes visiblement heureuses d'être là ! La rumeur est intense, reproduisant la cacophonie des dizaines de discussions à se tenir simultanément. 

Sourire en coin, en regardant cette faune heureuse, on se dit : « Dire que les gens fumaient dans les salles de spectacle, avant ! »

C'est un clin d'œil, vous me direz, mais il témoigne d'une évolution des habitudes de consommation de notre société. L'interdiction de fumer dans les lieux publics a demandé pas mal de courage à l'époque. Maintenant que c'est intégré, ça va, on vit avec, mais je me souviens bien des réactions épidermiques des fumeurs à ce moment-là.

Le gouvernement avait alors misé sur le temps pour appliquer les règles. À partir de telle date, ce sera comme ci ou de cette façon. Cela laissait un peu de temps aux gens pour se faire à l'idée. On avait fait des compromis aussi loufoques que probablement nécessaires lors du déploiement de l'interdiction de fumer. Rappelez-vous la risible section « fumeurs » dans les restaurants ! À moins d'un mètre à gauche ou à droite, c'était une table dite « de fumeurs ». Comme si la fumée savait qu'elle devait s'arrêter à tel endroit précisément.

Je me rappelle aussi certaines sorties entre collègues au restau les vendredis midi. Si une personne fumait dans un groupe de 15 autres, on choisissait la section « fumeurs »!

|banniere-article|

Et, aujourd'hui, tout est parfait ?

Dans cette salle qui attendait l'entrée en scène de deux sympathiques et talentueux frères, je me suis demandé si, en 2024, il aurait été aussi simple de faire appliquer l'interdiction. Peut-être que oui, mais il me semble qu'on a l'outrage plus mordant qu'avant quand on se sent privés d'un de nos précieux droits.

Je réfère à l'attitude plus contemporaine qu'on développe de plus en plus : si la cigarette est vendue légalement, j'ai le droit de fumer. Pourquoi me brimez-vous de mon droit de le faire où je veux?

Les autres ? Leur santé ? Pas grand-chose à cirer... « Qu'ils se tassent ! Je ne leur demande pas de fumer, qu'ils ne me demandent pas de ne pas le faire ! »

Je me demande...

Quand le bémol s'impose

Ce n'est pas parce que les choses changent que tout est parfait.

On a dû faire des efforts de concentration pour bien vivre notre expérience musicale en ce samedi, cela dit. Je vous raconte.

De plus, je me rappelle, il y a quelques années, il y avait toujours une tablette ou cellulaire tenu à bout de bras par un spectateur qui filmait des bouts de présentations, dérangeant ainsi l'entourage.

C'est chose du passé, je dirai. Dans les petites salles, en tous les cas.

Mais, hier, un autre phénomène a bien failli faire basculer complètement le plaisir qu'on avait à être là. Juste devant nous, cinq jeunes femmes sont attablées. Elles ont toutes un cellulaire à la main (ou sur la table). Tout au long de la soirée, elles vont texter des gens. Et elles jasent constamment entre elles des messages qu'elles reçoivent. Elles rient à gorge déployée. Le moment est musicalement plus intimiste ? Rien à foutre des autres.

Je suis déboussolé par le niveau de dépendance de deux d'entre elles. Quand elles reposaient le cellulaire sur la table, il ne se passait pas 30 secondes avant qu'elles ne le rallument pour voir si quelque chose s'était passé d'important pendant ce laps de temps!

Pourtant, elles suivaient le rythme des chansons de la tête. Mais, je peux affirmer que leurs yeux ont été rivés sur leur cellulaire au moins autant que sur la scène !

Une dépendance presque totale.

Un repli sur soi aussi presque total.

Assez repliées sur elles-mêmes pour ignorer tout autour. Est-ce que mon comportement peut déranger autour? Rien, mais là, vraiment rien à cirer! Je préciserai même la question : y a-t-il seulement quelqu'un autour de nous? Même réponse : rien à cirer!

|banniere-article|

Puis, deux fois plutôt qu'une, le cellulaire d'une d'entre elles s'est hissé bien haut dans les airs, pendant une chanson néanmoins touchante : il fallait bien prendre un égo portrait de groupe ! Comment, sinon, partager leur précieux bonheur à toute la planète ?

En toute fin de prestation, c'est en s'échangeant des blagues et des commentaires provoquant des rires bien trop intensément sonores qu'elles en ont loupés (et fait louper, du même coup), cette phrase d'une des chansons phares du duo à la fin du spectacle : « y a rien de plus important que l'amour qui nous rassemble ! »

Oh, oui, il y a plus important, visiblement... Il y a moi, moi, moi et moi...

Et, ça me désole.

 

Clin d'œil de la semaine

Version numérique d'un vieux gag que j'aimais bien :

Deux amoureux, cellulaire à la main, attendent leur commande à une table de restaurant. La jeune femme risque : 

-       Es-tu tout à moi ?

Sans quitter des yeux son précieux écran, il répond : 

-       Ben, là... Je ne suis même pas tout à moi, comment veux-tu que je sois tout à toi ?


  A LIRE AUSSI ...

La fête des pairs?

Lundi le 17 juin 2024      
La fête des pairs?
Du café de quartier à la tombe

Mardi le 11 juin 2024      
Du café de quartier à la tombe
L’inspiration

Lundi le 27 mai 2024      
L’inspiration
NOS RECOMMANDATIONS
Le centre-ville de Sherbrooke accueille son nouvel Espace Centro

Vendredi le 14 juin 2024      
Le centre-ville de Sherbrooke accueille son nouvel Espace Centro
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août

Mercredi le 19 juin 2024      
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août
La Maison Alzheimer Georges-Henri Rousseau : donner un temps de répit aux proches aidants en Estrie

Vendredi le 14 juin 2024      
La Maison Alzheimer Georges-Henri Rousseau : donner un temps de répit aux proches aidants en Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 17 juin 2024
La fête des pairs?

inscription infolettre 600
Échangeur Darche à Sherbrooke : d’autres entraves à prévoir jusqu’au 5 juillet Par Julie Meese Jeudi, 13 juin 2024
Échangeur Darche à Sherbrooke : d’autres entraves à prévoir jusqu’au 5 juillet
Quoi faire ce weekend en Estrie ? Par Catherine Blanchette Jeudi, 13 juin 2024
Quoi faire ce weekend en Estrie ?
Le centre-ville de Sherbrooke accueille son nouvel Espace Centro Par Julie Meese Vendredi, 14 juin 2024
Le centre-ville de Sherbrooke accueille son nouvel Espace Centro
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous