Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Une gauche sans projet!

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 10 janvier 2024      

L'un des beaux moments de 2023 est sans conteste ce vaste rassemblement des gens de Sherbrooke autour du leadership de Jean Perrault pour préserver l'avenir de l'Université Bishop's. Il y avait longtemps que les forces vives de Sherbrooke ne s'étaient rassemblées autour d'un projet. C'était l'époque avant que notre ville devienne le bastion de Québec solidaire et de Sherbrooke Citoyen. Cette gauche un peu éclectique qui a réussi à s'emparer du pouvoir de notre ville sans rien faire avec. Outre la rhétorique habituelle de s'opposer aux élites, aux vils promoteurs qui éliminent les arbres de notre ville et à ces industries qui détruisent l'écosystème, cette gauche qui disait avoir un projet pour notre ville n'a accouché d'aucun projet digne d'intérêt. C'est sans vision que se terminent les deux premières années de mandat de la mairesse en congé de maladie Évelyne Beaudin. Que du vent et de nouvelles structures. Sherbrooke et l'Estrie souffrent d'un manque de leadership politique. Réflexion sur l'absence de vision pour le troisième pôle urbain du Québec et sa région

Bilan provisoire de l'action de Sherbrooke Citoyen

N'en déplaise aux chantres du régime Beaudin, les faucons pèlerins vaseux des réclames publicitaires du gouvernement du Québec, le bilan de l'action de Sherbrooke Citoyen à la direction de la Ville depuis l'élection de madame Évelyne Beaudin ne se résument qu'à du brassage inutile et nuisible de structures et à du vent. Nous sommes loin du discours prometteur de la fin de la dernière campagne électorale où madame Beaudin disait : « Nous avons effectué plus d'une vingtaine de sorties publiques pour faire connaître nos idées à la population. Toutes ont été bien reçues, parce qu'elles traduisent une vision d'avenir qui mise sur les forces de notre ville et des communautés qui la forment. Les citoyennes et les citoyens étaient heureux d'entendre parler de logement, d'environnement, de transparence et de gestion responsable. Ils étaient heureux qu'on leur présente une vision responsable, digne d'un véritable gouvernement de proximité. Le prochain gouvernement assumera ses responsabilités face à la crise du logement, face aux changements climatiques et face à la crise de confiance envers la classe politique. Les gens ont vite compris que chez Sherbrooke Citoyen, on sait où on va. »

Justement, nous ne savons pas où s'en va Sherbrooke Citoyen. Que les partisans de ce parti me disent quelles actions structurantes ont été accomplies depuis deux ans en matière de crise du logement à part retarder des projets de construction de promoteurs sous l'argument que seules les coopératives d'habitation peuvent construire du logement abordable. Cette guerre aux promoteurs a laissé des traces et elle se fait sentir dans les statistiques des nouvelles constructions à Sherbrooke. Sur la crise des changements climatiques, quels gestes ont été posés à part de construire des pistes cyclables pour améliorer la capacité de notre ville à faire face aux changements climatiques ! Même le transport collectif à Sherbrooke n'a pas connu de croissance. Certes, on a réclamé plus d'argent de Québec, mais les gestes de l'actuelle administration municipale n'ont pas démontré un leadership en matière de changement climatique. Si je prends l'exemple d'un acteur institutionnel qui a pris un véritable virage vert, je peux citer l'Université de Sherbrooke qui n'a pas hésité à bousculer les habitudes de sa communauté en faisant disparaître des stationnements, en négociant une entente originale à l'époque avec la STS pour ses étudiants et son personnel et en s'investissant dans des recherches significatives en énergie renouvelable. Voilà les gestes d'un leader qui s'assume. Rien de cela à Sherbrooke. On connaît la passion de la mairesse Beaudin pour les vélos alors pourquoi ne pas avoir pris le pari de faire de Sherbrooke la ville du vélo au Québec en prenant en même temps les mesures contraignantes et impopulaires contre l'automobile ? J'aurais personnellement détesté cela, mais cela aurait été un geste de leadership. Quant à la sacro-sainte transparence du régime Beaudin, je crois que l'épisode burlesque avec la secrétaire à la participation citoyenne a pu enlever toutes les illusions à celles et à ceux qui ont cru que l'administration Beaudin était devenue transparente.

|banniere-article|

Non, le bilan des engagements de Sherbrooke Citoyen est loin d'être reluisant. Pire encore, non seulement cette administration municipale n'a pas fait ce qu'elle avait promis, mais elle a nui à des projets et à des initiatives qui ne méritaient pas d'être jetés aux poubelles.

Ne pas jeter ce qui n'est pas brisé...

Outre ne pas tenir ses engagements, l'administration Beaudin s'est évertuée à défaire des choses qui allaient bien. Parmi l'une des actions les plus destructrices, il y a eu cette décision d'abolir Sherbrooke Innopole. Une organisation issue de la volonté de tout le milieu au lendemain d'un sommet économique tenu par l'ex-maire de Sherbrooke, Jean Perrault où Sherbrooke voulait devenir la capitale de l'innovation au Québec en misant sur ses forces qui sont devenues dans le langage de l'époque les cinq filières clés. Pourtant, si j'en crois les rapports annuels publiés chaque année par cet organisme, ça allait plutôt bien chez Sherbrooke Innopole. C'est grâce à son action concertée avec d'autres acteurs du milieu que Sherbrooke a obtenu la désignation de zone d'innovation quantique. Sans compter que la renommée de Sherbrooke Innopole dépassait largement les frontières de la ville, de la province et du pays. Au nom d'une structurite aiguë, on a choisi de tout refaire à neuf sous un nouveau chapeau Entreprendre Sherbrooke. À part brasser des structures, cela n'a pas contribué à créer un seul emploi si ce n'est ceux des fonctionnaires responsables de ces nouvelles structures.

Il y a aussi parmi les gestes qui sont dommageables à notre tissu industriel, cette conception que ce n'est pas une bonne idée de développer un nouveau parc industriel parce que les terrains manquent pour accueillir de nouvelles initiatives entrepreneuriales. Le développement industriel n'est plus une priorité. Pour cette administration municipale, nous sommes pour l'économie circulaire. Ce qui signifie que l'on se met tous ensemble et on tourne en rond. Croissance zéro est le nouveau leitmotiv de Sherbrooke. Ça va de soi, on a une pénurie de main-d'œuvre dirait l'autre. Or, l'innovation n'est pas une attitude qui signifie qu'il faut baisser les bras devant les défis qui se posent à nous. Ce n'est pas d'être contre l'environnement que de souhaiter le développement durable. Le capitalisme n'est pas la catastrophe que veut nous faire croire la rhétorique gauchiste habituelle.

Préparer la riposte

Nous sommes à moins de deux ans de la prochaine élection municipale. Ce qui signifie qu'il faut se préparer pour offrir mieux aux Sherbrookoises et Sherbrookois. Je suis d'accord avec le chroniqueur Pierre Harvey sur ce point, il faut un traitement choc à Sherbrooke. Il faut solliciter des candidatures d'envergure à la mairie et aux postes de conseillères et de conseillers. Ce n'est pas avec des personnes conseillères qui s'intéressent plus à leur rémunération qu'aux intérêts de la Ville que l'on va se bâtir un meilleur avenir économique à Sherbrooke. L'opposition à la morosité actuelle doit se construire à l'image de ce que nous avons fait ensemble pour défendre l'Université Bishop's. Les forces vives de Sherbrooke doivent se rassembler et redonner l'espoir à ce troisième pôle urbain du Québec.

Nous sommes en mal de leadership politique dans cette ville. Sherbrooke mérite mieux que ce qu'elle a présentement. Sherbrooke est un véritable joyau pour le Québec et ne mérite pas d'être vidée de sa substance par une gauche sans projet...



  A LIRE AUSSI ...

L’histoire en débats

Mercredi le 22 mai 2024      
L’histoire en débats
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
NOS RECOMMANDATIONS
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024      
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024      
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

inscription infolettre 600
Un constat d’échec Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée! Par Julie Meese Mercredi, 15 mai 2024
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous