Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Scandale : Québec réduit les impôts

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 29 mars 2023      

Il y a peu d'endroits dans le monde qui ressemblent au Québec. Si l'on souhaite s'en convaincre, nous n'avons qu'à parcourir la revue de presse du dernier budget du ministre des Finances du gouvernement Legault, Eric Girard. Imaginez dans tous les commentaires et éditoriaux que l'on peut retrouver à peine trois, trois le chiffre établi par le journaliste du journal Le Devoir Marco Bélair-Cirino est le nombre de textes favorables à la volonté du gouvernement de baisser les impôts dont celui du populaire animateur et chroniqueur politique Mario Dumont. Pourtant, lors de la dernière élection générale, trois partis proposaient des baisses d'impôt. Le Parti libéral du Québec de Dominique Anglade proposait des baisses d'impôt de 1,5 % alors que le Parti conservateur d'Éric Duhaime proposait 2 % de baisses d'impôt. La CAQ de François Legault a été la chiche des trois partis en ne proposant que 1 %. La différence c'est que la Coalition avenir Québec a été élue et forme présentement le gouvernement et qu'elle a tenu parole et annoncé la baisse des impôts de 1 %. Il n'en fallait pas plus pour que tous vouent aux gémonies la décision du gouvernement Legault. Pas le bon moment, il faut d'abord réduire le déficit, on ne peut pas toucher aux fonds des générations c'est notre REER, c'est injuste pour celles et ceux qui ne paient pas ou paient peu d'impôt, cet argent devrait plutôt être réinvesti dans les missions de l'État, en santé, en éducation, dans le logement social ou en santé mentale. Tutti quanti... Pourtant, le Québec est l'une des juridictions dans le monde occidental où les contribuables sont les plus taxés. Discussions sur les impôts.

Les cochons payeurs de taxes

Faisons un exercice en inventant un couple fictif sans enfants. La femme est professeure à l'Université et l'homme est technicien en informatique au gouvernement du Québec. Des gens privilégiés eu égard au salaire moyen des hommes et des femmes au Québec en 2022 alors que le salaire d'une femme s'établissait à 31 900 $ et celui d'un homme à 38 400 $. Notre couple de Sherbrooke gagne un salaire commun de 178 000 $. La femme professeure a un salaire de 124 000 $ alors que le technicien en informatique gagne 54 000 $. Des riches si l'on en croit les porte-parole de Québec solidaires, mais pour moi ce sont des gens représentatifs de la classe moyenne au Québec.

Avec un salaire de 178 000 $, combien ce couple paie-t-il d'impôt en 2022 ? Si je me fie à un tableau du taux marginal décomposé fédéral et provincial pour 2022, la professeure d'université paierait 48 % de son salaire en impôt soit 49 926 $ d'impôt. Son époux le technicien en informatique paierait quant à lui la somme de 38 % en impôt soit la somme de 20 520 $. Le couple ensemble versera, à part les taxes à la consommation et les taxes municipales et scolaires, la somme de 70 446 $ à l'état québécois et canadien. Une part appréciable de leur revenu soit plus de 42 % de leurs revenus. Pour ce même exemple, la baisse d'impôt annoncé par le ministre Éric Girard lors de son dernier budget est de 814 $ pour la femme et de 368 $ pour l'homme soit la somme totale de 1182 $. Après la baisse d'impôt, ce couple versera tout de même la coquette somme de 69 264 $ aux deux gouvernements. Est-ce trop ? Qui se soucie vraiment de cette classe moyenne. Ce sont toujours les mêmes de la classe moyenne qui casquent avec les différents gouvernements. Ils paient la grosse part des impôts et sont rarement éligibles aux différents programmes gouvernementaux sauf les programmes universels pour les familles (garderie, congés parentaux) et en santé et en éducation. Je vous le dis d'emblée, je suis très favorable à cette mesure du budget Girard. Il est plus que temps que quelqu'un se soucie de ces cochons payeurs de taxes...

L'équité fiscale

L'autre sujet en marge de cette baisse d'impôt est l'équité entre les contribuables. Est-il acceptable comme l'affirme le porte-parole de Québec solidaire que des gens qui paient plus de 75 000 $ d'impôt par année peuvent obtenir de plus grandes réductions que ceux qui paient moins ? Fausse question et pure rhétorique. D'abord, les 35 % de Québécoises et de Québécois qui ne paient pas d'impôt ne sont pas éligibles à une baisse de ce qu'ils ne paient pas. Reste un 65 % de ce que nous appelons la classe moyenne et la classe moyenne supérieure. Parmi celles-ci, il y a bien sûr les riches, ce fantasme de la gauche québécoise. Au Québec, comme le disait le regretté commentateur politique Jean Lapierre, « nous sommes pauvres en riches et riches en pauvres ». Il y a très peu de riches au Québec et ceux qui le sont ne sont pas éligibles à l'allégement fiscal annoncé par le ministre Éric Girard. Je ne suis pas d'avis que Québec manque de considération à l'égard du principe d'équité fiscale parce qu'il annonce une réduction de 1 % des impôts pour les gens qui gagnent 100 000 $ et moins par année. Le Québec n'est-il pas le paradis fiscal des familles ? N'avons-nous pas une fiscalité parmi les plus progressistes en Amérique du Nord ? Non, le discours sur le manque d'équité des baisses d'impôts ne tient pas la route.

Financer les missions prioritaires de l'État

Enfin, le dernier volet de la rhétorique anti-allégement fiscal regroupe des arguments de celles et ceux qui veulent que l'État québécois réduise son déficit, que l'on craigne la poussée inflationniste de ces baisses d'impôt ou encore que le gouvernement devrait investir ces sommes en logement social ou en santé mentale par exemple. Avec la hausse consentie en éducation et en santé, ces arguments ne sont pas très recevables. Par ailleurs celles et ceux qui veulent que l'on réduise encore plus vite le déficit devraient lire de la professeure d'économie et de politiques publiques à l'Université Stony Brook. Figure de proue de la théorie monétaire moderne, la professeure Skelton propose de cesser de croire à la théorie des déficits, elle propose de passer du récit du manque à celui de la possibilité. Elle utilise une amusante analogie pour illustrer l'obsession du déficit de certains : « Nous gérons notre économie comme une personne d'un mètre quatre-vingt qui se déplace courbé en deux en permanence sous un plafond qui est à deux mètres cinquante, parce qu'on l'a convaincue que si elle tente de se redresser, elle subirait un terrible traumatisme crânien. » (Stephanie Kelton, The Deficit Myth: Modern Monetary Theory and the Birth of the People's Economy, New York, Public Affairs, 2020, 274 p.)

Quant à la poussée inflationniste potentielle, il faut comprendre que cet allégement fiscal entrera en vigueur à partir de juillet 2023. Un moment où le taux d'inflation, si l'on en croit les tendances actuelles, aura continué de baisser et de se rapprocher de la cible espérée par la Banque du Canada. Non, décidément les arguments contre les baisses d'impôt ne tiennent pas la route et sont l'expression d'une idéologie militante soit de gauche ou d'une théorie économique monétaire révolue. Il est donc faux de s'écrier : Scandale, Québec réduit les impôts...


  A LIRE AUSSI ...

Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024      
Les maudits gauchistes
NOS RECOMMANDATIONS
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!

Mercredi le 15 mai 2024      
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke

Jeudi le 16 mai 2024      
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Un constat d’échec Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 16 mai 2024
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous