Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Fêter la nation québécoise

 Imprimer   Envoyer 
Photo : Les origines de notre Fête nationale s’articulent autour de coutumes qui prennent racine dans l’histoire de l’humanité où les peuples célébraient le solstice d’été. - Daniel Nadeau
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 20 juin 2018      

Dans quelques jours, quatre en fait, nous serons tous invités à célébrer notre Fête nationale. On ne se le dit pas assez, mais le Québec est un territoire magnifique habité par des gens qui valent vraiment la peine d'être découverts. Bien sûr, si l'on ne se fie qu'aux turpitudes de notre vie politique et à l'aigreur de certains de nos débats démocratiques, on peut parfois se désoler de ce que nous sommes. Néanmoins, si on fait une pause et que l'on prend le temps de bien réfléchir on se consolera du fait que le Québec est un magnifique endroit pour vivre. Ce qui est vrai pour le Québec est tout particulièrement exact pour notre belle région de l'Estrie. Plongée dans le Québec réel.

Les origines de la fête

Les origines de notre Fête nationale s'articulent autour de coutumes qui prennent racine dans l'histoire de l'humanité où les peuples célébraient le solstice d'été. La coutume de cette fête païenne voulait qu'un grand feu de joie soit allumé afin de symboliser la lumière qui était à son apogée. Puis, en Europe, principalement en France, on a plus tard associé à cette fête Jean, le cousin de Jésus, surnommé « le baptiste », ayant le premier reconnu puis baptisé le Christ. Ainsi, on faisait le lien entre la lumière et Saint-Jean-Baptiste.

Chez nous, la fête de la Saint-Jean-Baptiste, c'est ainsi que nous appelions notre fête nationale jusqu'à ce que le gouvernement du Parti québécois de René Lévesque proclame en 1977, le 24 juin, jour de la Fête nationale des Québécois, tire son origine d'un grand banquet organisé par le journaliste et éditeur Ludger Duvernay le 24 juin 1834. « Ce banquet est un véritable succès et les journaux encouragent les gens à fêter la "Saint-Jean-Baptiste" dans leur village à l'avenir afin de favoriser l'union des Canadiens français. Duvernay gagne son pari : l'année suivante, les célébrations de la Fête nationale se répandent. En effet, on note des célébrations dans bon nombre de villages, dont Debartzch (aujourd'hui Rougemont), Saint-Denis, Saint-Eustache, Terrebonne et Berthier. La feuille d'érable devient le symbole du Bas-Canada.

La plus grande gaité régna pendant toute la soirée. Le dîner préparé par Jehlen était splendide. Les tables étaient placées dans le jardin de M. McDonell, avocat, qui avait eu la politesse de l'offrir pour cette fête champêtre. Les lumières suspendues aux arbres, la musique et l'odeur embaumée que répandaient les fleurs, la beauté du site, tout tendait à ajouter aux charmes du spectacle. Cette fête, dont le but est de cimenter l'union entre les Canadiens, ne sera point sans fruit. Elle sera célébrée annuellement comme Fête nationale, et ne pourra manquer de produire les plus heureux résultats. »

Fêter qui et quoi?

De nos jours, toutes les régions du Québec célèbrent la Fête nationale du Québec qui est devenu un jour férié. Pendant de nombreuses années, cette fête a été victime de nos luttes politiques en étant un peu instrumentalisée par celles et ceux qui voulaient faire du Québec un pays. Les tenants d'un Québec au sein du Canada ne se sentaient pas toujours les bienvenus aux célébrations de la Fête nationale du Québec. Aujourd'hui, cette réalité est beaucoup moins présente. On comprend de mieux en mieux que l'on peut à la fois être un nationaliste authentique québécois et être fier d'appartenir à un pays qui se nomme le Canada. Comme je l'ai déjà écrit dans une chronique antérieure, Ma patrie c'est le Québec et mon pays c'est le Canada.

Il reste parfois des bastions où ces vieilles querelles stériles subsistent. Prenons-en à témoin cette lutte entre la Société nationale de l'Estrie, présidée par l'ancien député souverainiste Étienne-Alexis Boucher et la Société Saint-Jean Baptiste de Sherbrooke qui s'est retrouvé devant les tribunaux. À part cet exemple qui nous remémore cette vieille querelle, il est de nos jours admis par la très grande majorité d'entre nous que le Québec mérite d'être fêté et d'être un jour férié, car nous reconnaissons tous, à part peut-être Justin Trudeau, que le Québec forme une nation distincte en Amérique du Nord dont la langue est le français.

C'est justement cela que nous devons célébrer le 24 juin prochain, la nation québécoise. Une nation québécoise qui est constituée de tous les habitants de ce territoire qu'est le Québec, quelles que soient leurs origines, la couleur de leur peau, leur langue, leur religion ou leur date d'arrivée. Le Québec moderne.

Une année d'élection

Cette fête nationale se déroulera cette année à l'aube d'une élection générale qui se tiendra le 1er octobre. Sans faire de politique, c'est un bon moment pour nous demander cependant si nous avons toujours la volonté de faire route ensemble? Si nous sommes capables encore de dessiner ensemble des projets communs, si nous avons la force de caractère nécessaire pour poursuivre notre combat d'affirmation nationale?

Ce n'est pas en manquant de respect envers nos élus et envers nos institutions que nous parviendrons à rendre attrayant notre projet de faire route ensemble à celles et à ceux que nous accueillons et qui ne savent rien de nos histoires passées. Ce n'est pas en réduisant les affaires de l'État « à de vraies affaires pour les banquiers » que nous stimulerons notre fierté collective. Ce n'est malheureusement pas non plus en faisant du Québec un projet perpétuel de référendum et de mécanique juridique constitutionnelle que nous ferons avancer la cause de notre patrie ou de notre pays, selon les convictions des uns et des autres. Ce que nous devons faire ensemble c'est de regarder en avant, de ramer ensemble vers la même destination et de faire du Québec, un Québec gagnant. Nous pouvons ensemble faire mieux et faire plus pour faire prospérer cette nation québécoise que nous avons tous au fond de notre cœur.

Un Québec soudé à nos cœurs

Le Québec doit être un projet rassembleur. Une idée qui, soudée au cœur, fait de nous une communauté au destin singulier dans une Amérique anglo-saxonne et hispanique. Le Québec, ma patrie ou le pays est plus qu'un assemblage d'individualités aux valeurs libérales. Le Québec doit continuer d'être un projet à parachever, une identité à parfaire. Nous sommes une nation, patrie ou pays ne change rien à l'affaire. Notre collectivité mérite mieux et doit avoir les moyens de ses ambitions pour accomplir sa trajectoire singulière en Amérique et dans le monde. Le Québec est une nation singulière en Amérique.

Une nation et un territoire où l'on peut vivre nos différences, affirmer nos valeurs, en cherchant à construire chez nous une société juste, tolérante et ouverte aux autres. C'est de cette manière que nous réussirons ensemble à nous donner un destin partagé. Un destin partagé par huit millions d'êtres humains qui ont choisi le Québec comme terre, comme lieu de vie. Que l'on veuille voir le Québec comme un pays ou une patrie, nous devons avoir la même raison de célébrer dimanche prochain : fêter la nation québécoise!

 

Daniel Nadeau


  A LIRE AUSSI ...

Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024      
L’infantilisme de la gauche québécoise
NOS RECOMMANDATIONS
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Le Groupe Beaucage décroche l’or au  palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada

Mardi le 14 mai 2024      
Le Groupe Beaucage décroche l’or au palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle

Mardi le 14 mai 2024      
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec

François Fouquet
Lundi, 13 mai 2024
Puissante candeur de la jonquille

inscription infolettre 600
Un partenariat radiophonique unique entre Sherbrooke et la France Par Julie Meese Mardi, 14 mai 2024
Un partenariat radiophonique unique entre Sherbrooke et la France
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Un constat d’échec Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous