Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Les lunettes roses

 Imprimer   Envoyer 
Photo : (fournie).
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 5 juin 2024      

Le weekend dernier, nous avons eu droit à une sorte de Superbowl de la politique québécoise avec les rencontres des instances électives de trois des cinq principales formations politiques présentes sur la scène politique québécoise, la Coalition avenir Québec, le Parti libéral et Québec solidaire. 

C'est bien entendu la rencontre à Jonquière de Québec solidaire qui soulevait le plus d'intérêt à la suite du bras de fer entre les partisans de Catherine Dorion, ses sympathisants et l'establishment du parti avec à sa tête Gabriel Nadeau-Dubois. 

Comme c'est souvent le cas, la confrontation appréhendée n'a pas eu lieu. Un pétard mouillé pour les médias qui avaient tout fait pour grossir ce désaccord en crise majeure. Chez les caquistes, sauf la sortie du bon ministre Dubé contre les médecins de famille, la réunion du Conseil national s'est limitée à l'annonce de la mise sur pied d'une commission parlementaire transpartisane sur le temps d'écran et les jeunes alors qu'au Parti libéral du Québec, nous nous sommes évertués à rappeler les mauvais souvenirs de l'austérité budgétaire du gouvernement de Philippe Couillard. Ah oui, pas austérité budgétaire, mais rigueur budgétaire, nous a dit le chef intérimaire, Marc Tanguay.

Pendant ce temps à Gaza, le clan de guerriers de Netanyahou poursuivait son action assassine contre les femmes et les enfants, les vieillards palestiniens à Rafah dans la bande de Gaza. Poilievre, notre mini-Trump canadien, pour sa part, a attaqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, l'affublant du qualificatif libéral. Surréaliste, vous ne trouvez pas. 

Le monde dans lequel nous vivons est complexe, les solutions à nos problèmes sont difficiles et notre découragement n'ont d'égal que notre scepticisme. Réfléchissons ensemble, si vous le voulez bien, à notre condition d'humain en ce 21ᵉ siècle où nous cherchons à cacher la réalité et préférons entendre des gens qui veulent nous rassurer avec des propos simplets. Il est temps d'enlever nos lunettes roses.

|banniere-article|

Un monde complexe

Dans notre monde complexe, chaotique et interconnecté, l'idée de regarder le monde à travers des « lunettes roses » - c'est-à-dire de le voir d'une manière simplifiée et idéalisée, en ignorant sa profonde complexité - peut sembler attrayante. C'est ce que nous propose la politique de gros bon sens du chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre qui atteint des sommets de popularité inégalés dans les sondages ces temps-ci.

Il faut nous interroger sur cette perspective insistante sur la simplicité et le bon sens. Celle-ci ne peut que nous conduire à une montée du populisme, mais également, c'est cette même simplicité qui crée parmi nous une polarisation croissante, comme au sein des sociétés démocratiques en Occident.

Le populisme, en sa forme la plus rudimentaire, émane souvent d'une vision simpliste et dichotomique de la réalité. En revêtant les « lunettes roses » de la rhétorique populiste, les leaders politiques réduisent les problèmes complexes en offrant des solutions simplistes et souvent démagogiques à des enjeux profondément ancrés. Ces solutions en apparence simples, mais souvent inefficaces trouvent écho auprès d'une partie de la population désireuse de réponses immédiates à des problèmes complexes et nuancés. Ainsi, le populisme exploite la vision idéalisée du monde en perceptible avec des « lunettes roses » pour offrir une réponse réductrice à des enjeux complexes, alimentant ainsi sa montée dans les sociétés démocratiques.

Parallèlement, cette tendance à voir le monde de manière simplifiée alimente également la polarisation sociale et politique. En adoptant une vision idéalisée au moyen de « lunettes roses », les individus ont tendance à diviser la réalité en oppositions binaires : le bien et le mal, les « nous » et les « eux ». Cette polarisation accrue conduit à la formation de camps idéologiques antagonistes, rendant la communication et le compromis difficiles. Les individus enfermés dans leur vision simplifiée du monde ont souvent du mal à comprendre et à accepter des perspectives différentes, renforçant ainsi les clivages et les tensions au sein des sociétés démocratiques.

Pour un vivre ensemble différent

Dans un contexte mondial marqué par une montée du populisme et de la polarisation politique, le concept du « vivre ensemble » se révèle être un remède efficace pour atténuer les divisions et les conflits qui affligent nos sociétés. Le vivre ensemble incarne l'idée de coexistence harmonieuse et respectueuse entre des individus de diverses origines, cultures et croyances, favorisant ainsi la compréhension mutuelle, la solidarité et la paix sociale.

Le populisme, caractérisé par la simplification des enjeux politiques, la stigmatisation des minorités et le rejet de l'establishment politique, prospère souvent sur les divisions et les peurs au sein de la société. En favorisant le vivre ensemble, nous encourageons au contraire la reconnaissance et le respect de la diversité de nos sociétés. En célébrant nos différences et en valorisant la pluralité des perspectives, le vivre ensemble offre une alternative constructive au discours populiste en promouvant une vision inclusive de la société.

|banniere-article|

De même, la polarisation politique, qui se traduit par une fragmentation croissante de la société en factions opposées et hostiles, peut être atténuée par la promotion du vivre ensemble. En encourageant les échanges interculturels, le dialogue interreligieux et la coopération entre les différentes communautés, le vivre ensemble favorise la construction de ponts entre les individus et les groupes sociaux, contribuant ainsi à réduire les tensions et les conflits. En promouvant une culture du respect, de l'écoute et de la collaboration, le vivre ensemble offre un cadre propice à la résolution pacifique des différends et à la construction d'une société plus juste et équitable.

Par ailleurs, le vivre ensemble renforce le sentiment d'appartenance à une communauté diverse et plurielle, permettant aux individus de se reconnaître dans un projet commun fondé sur le respect mutuel, la solidarité et la coopération. En favorisant l'inclusion sociale, l'égalité des chances et la justice pour tous, le vivre ensemble contribue à renforcer le tissu social et à promouvoir une citoyenneté active et engagée. En cultivant des valeurs de civisme, de non-discrimination et de pluralisme, le vivre ensemble offre un cadre idéal pour construire une société résiliente et harmonieuse, capable de relever les défis du populisme et de la polarisation.

Le vivre ensemble apparaît comme un antidote essentiel au populisme et à la polarisation en promouvant des valeurs de respect, de solidarité et de dialogue. En encourageant la diversité, l'inclusion et la coopération entre les individus et les groupes sociaux, le vivre ensemble offre une voie alternative et constructive pour construire des sociétés plus justes, ouvertes et pacifiques. Ainsi, en cultivant une culture de la tolérance, de la compréhension et de la collaboration, le vivre ensemble constitue un puissant levier pour contrer les forces de division et de fragmentation qui menacent notre vivre ensemble commun.

Abandonner nos lunettes roses

En conclusion, l'utilisation persistante de « lunettes roses » pour aborder les défis complexes de notre époque peut être pernicieuse. En encourageant une vision simpliste du monde, le populisme prolifère en offrant des solutions trompeuses à des problèmes complexes, tandis que la polarisation s'accroît en fragmentant davantage les sociétés démocratiques. Pour naviguer avec succès dans ce monde complexe et interconnecté, il est impératif de regarder au-delà des apparences simplifiées, de reconnaître la nuance et la complexité des enjeux contemporains et de promouvoir un dialogue constructif basé sur la diversité des perspectives. En fin de compte, une vision lucide et objective du monde peut apporter des solutions durables et inclusives à nos défis communs. Devant ce gros bon sens, de la polarisation et du pessimisme, il faut opposer un vivre ensemble qui nous permettrait d'abandonner collectivement nos lunettes roses...


  A LIRE AUSSI ...

La vie nous fait son cinéma…

Mercredi le 29 mai 2024      
La vie nous fait son cinéma…
Trump : criminel en chef

Mercredi le 12 juin 2024      
Trump : criminel en chef
Le siècle de tous les périls!

Mercredi le 19 juin 2024      
Le siècle de tous les périls!
NOS RECOMMANDATIONS
Échangeur Darche à Sherbrooke : d’autres entraves à prévoir jusqu’au 5 juillet

Jeudi le 13 juin 2024      
Échangeur Darche à Sherbrooke : d’autres entraves à prévoir jusqu’au 5 juillet
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong

Vendredi le 14 juin 2024      
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong
Quoi faire ce weekend en Estrie ?

Jeudi le 13 juin 2024      
Quoi faire ce weekend en Estrie ?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 juin 2024
Le siècle de tous les périls!

François Fouquet
Lundi, 17 juin 2024
La fête des pairs?

inscription infolettre 600
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 13 juin 2024
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong Par Julie Meese Vendredi, 14 juin 2024
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août Par Julie Meese Mercredi, 19 juin 2024
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous