Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Le monde de Disney…

 Imprimer   Envoyer 
Photo : (Fournie).
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 10 avril 2024      

La semaine dernière, la ministre Affaires étrangères, Mélanie Joly, a fait parler d'elle lorsqu'une vidéo circulant sur les réseaux sociaux le dernier week-end de mars montre la ministre Joly, dans une confrontation tendue avec un homme dans la rue à Montréal au sujet de la guerre entre Israël et le Hamas. 

Prise à partie par un citoyen au sujet de la position canadienne sur la situation dans la bande de Gaza au Moyen-Orient, la ministre n'a pas eu d'autres choix que de se protéger elle-même en agrippant le téléphone du citoyen qui filmait leur échange afin de la diffuser sur les réseaux sociaux. Le citoyen en question a même déclaré que sa job était de la harceler. Outre les questions que l'on doit se poser quant à la sécurité d'une ministre importante de l'un des pays du G7, cela met en lumière la diplomatie des diasporas pratiquée au Canada. Prenons le temps de discuter de cela si vous le voulez bien.

Le meilleur pays au monde : le Canada

C'est une vérité de la palisse d'affirmer que le Canada n'est plus ce qu'il était concernant l'équilibre des forces en présence dans le monde contemporain. Depuis 20 ans, la diplomatie canadienne s'est principalement appuyée sur l'exportation de ses valeurs. Les Canadiens étaient fiers de ce que le Canada était devenu et ils étaient plusieurs à penser que ce dont le monde avait urgemment besoin c'était de plus de Canada.

Les Canadiens ont ainsi développé une vision du monde façonnée en se comparant à eux-mêmes. Héritiers d'un pays ayant le statut de puissance moyenne doté de généreux programmes sociaux et d'un système d'éducation de qualité, les Canadiennes et les Canadiens ont acquis la conviction, conviction nourrie par des enquêtes successives, que le Canada était l'un des meilleurs pays du monde. Pas étonnant que le premier ministre actuel Justin Trudeau ait voulu exporter une politique féministe à l'international. Le Canada se projette alors dans un monde d'illusions et la réalité l'a rattrapé par l'angle mort de sa politique d'immigration et par l'emprise du concept du multiculturalisme dans ses politiques et ses actions.

|banniere-article|

La diplomatie des diasporas

Les diasporas présentes au Canada pèsent lourdement dans les choix diplomatiques de ce pays. Depuis plusieurs années, de nombreux experts déplorent l'absence d'une réelle politique étrangère pour le Canada. Ils se désolent de la grande époque où le Canada pesait dans les affaires du monde comme au temps de Lester B. Pearson et ses Casques bleus ou, plus près de nous, du rôle majeur de l'ex-premier ministre Brian Mulroney dans l'abolition de l'apartheid en Afrique du Sud et de son soutien à Nelson Mandela. Même Jean Chrétien par son refus de suivre aveuglément les volontés bellicistes de George W. Bush fait rêver aujourd'hui.

Cependant, dans les années 1990, le monde a commencé à se réorganiser. Des puissances émergentes comme la Chine se sont positionnées stratégiquement dans un Nouveau Monde postcolonial auparavant dominé par l'Occident. Les pays du sud en émergence ont entrepris de s'affirmer et de rechercher des investissements et des partenaires, au moment même où les États-Unis et leurs alliés étaient distraits par les conséquences du 11 septembre et la guerre au terrorisme. Le Canada, après avoir notamment refusé d'accompagner les Américains en Irak, les a suivis sans réserve en Afghanistan. L'ordre international a connu de profonds bouleversements.

C'est ainsi qu'a commencé une période de changement de régime avalisé par l'Occident. Adhérant à la notion d'autodéfense et de protection des civils, et désireux de montrer ses muscles militaires et diplomatiques, le gouvernement Harper s'est joint aux États-Unis, à la France, à la Grande-Bretagne et à d'autres pays pour soutenir les mouvements du printemps arabe visant à renverser des autocrates tels que Kadhafi, en Libye. Les Nations Unies ont progressivement accueilli plus de 40 nouveaux membres, et le G7 - une coalition de pays en développement - est passé à 134 pays, ce qui lui a conféré une majorité des deux tiers à l'assemblée générale des Nations Unies. La Chine a amorcé sa contribution financière au groupe.

Le Canada est passé d'une diplomatie de rapport de forces basée sur des principes à une diplomatie basée sur des valeurs. C'est cette transformation qui a dopé les lobbies des différentes communautés présentes sur le territoire canadien à faire des interventions musclées pour influer sur la politique étrangère canadienne. Le poids de ces diverses communautés dans le jeu électoral canadien a favorisé une plus grande écoute de leurs revendications par la classe politique et la politique étrangère canadienne est devenue prisonnière de la dynamique de ces diasporas sur son territoire. Pas étonnant dans ce contexte de voir les tiraillements occasionnés par la guerre contre le groupe terroriste du Hamas par l'État d'Israël surgir dans la joute politique canadienne.

|banniere-article|

Une politique étrangère axée sur la réalité

Le Canada a perdu son influence sur la scène internationale parce que comme les autres puissances occidentales, il n'a pas été à l'écoute de ce que les autres nations voulaient réellement - et le Canada a cessé de considérer ce qui était dans son intérêt fondamental. Pendant des années, les gouvernements des pays en développement, même si ce ne sont pas toutes des démocraties, ont cherché des partenaires, et non des bienfaiteurs posant des conditions sociales.

Le Canada a besoin avant tout d'une politique étrangère pragmatique, plus étroitement liée à ses intérêts et moins axée sur le signalement de vertus. Personne ne s'attend à ce que le Canada abandonne la promotion des droits de la personne. Mais ses activités doivent être guidées par une évaluation réaliste de la manière dont ses ressources limitées peuvent entraîner des changements. Elles doivent également être évaluées par rapport à d'éventuels effets boomerang négatifs, comme ce qui est arrivé avec l'Arabie saoudite en 2018.

La diplomatie du bien-être n'est pas une diplomatie efficace. Le Canada devrait résister aux déclarations impulsives des médias et se concentrer sur l'avancement de la collaboration internationale sur des questions telles que la santé, l'environnement et la sécurité. Calibrer sa rhétorique publique, en particulier avec les régimes autocratiques sur leurs questions intérieures, ne signifie pas qu'il ne peut pas parler plus directement par les voies diplomatiques. Le respect mutuel sur la scène internationale est en mesure de contribuer grandement à faire avancer les priorités communes - celles qui touchent directement les Canadiens.

Il est plus que temps que le Canada se dote d'une politique étrangère adaptée au 21e siècle. Une politique qui sera lucide, pragmatique et ciblée. Ce pays doit cesser de voir le monde comme il aimerait qu'il soit et agir en fonction de ce qu'il est réellement. Un pays ne peut baser sa politique étrangère sur l'activisme des diasporas présentes sur son territoire. Il faut cesser les slogans à la mode et les conférences de presse pour annoncer des aspirations irréalistes et utopiques. Ce dont le Canada a besoin, c'est d'une diplomatie à la fois douce et énergique, qui reflète véritablement ce qu'il est, et qui s'accompagne des capacités nécessaires pour appuyer ses paroles. La politique internationale n'est pas le monde magique de Disney...


  A LIRE AUSSI ...

Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024      
L’infantilisme de la gauche québécoise
NOS RECOMMANDATIONS
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke

Jeudi le 16 mai 2024      
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc

Jeudi le 16 mai 2024      
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée! Par Julie Meese Mercredi, 15 mai 2024
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 16 mai 2024
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous