Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Le champ de bataille électoral estrien

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 24 août 2022      

Autre temps. Autres mœurs. Jadis, il n'y a pas si longtemps, la région de l'Estrie était une forteresse libérale. Du moins depuis 1985. Antérieurement, le Parti québécois y avait aussi fait belle figure avec les Réal Rancourt et Raynald Fréchette. Cette caractérisation politique a perdu de son sens depuis l'élection de la Coalition avenir Québec et de son chef, François Legault. Aujourd'hui, la région de l'Estrie apparait comme un terrain propice pour les candidats de la Coalition avenir Québec. Le Parti québécois fait figure d'enfant pauvre même si cette formation politique est peut-être la seule à disposer d'une véritable machine électorale comme jadis le Parti libéral du Québec. Commentaires libres sur l'élection en terre estrienne.

Sur le bloc de départ

Au lancement officiel de cette campagne électorale qui est déjà amorcée, la Coalition avenir Québec avec ses candidates et ses candidats apparait largement favorisé bien que Québec solidaire présente une solide équipe de candidates et de candidats dans notre région avec la docteure Mélissa Généreux et le maire de Saint-Camille, Philippe Pagé sans compter l'efficace députée sortante de Sherbrooke, Christine Labrie. Du côté du Parti libéral du Québec, le recrutement semble avoir connu des difficultés puisque l'on se retrouve avec un candidat issu de Bromont, François Vaes, pour le comté de Sherbrooke et un conseiller municipal de la ville de Sherbrooke, monsieur Claude Charron. Le Parti libéral du Québec de Dominique Anglade peut compter sur une candidature plus prestigieuse dans Orford, l'ancienne mairesse de Magog Vicky-May Hamm. Néanmoins, cette candidature a suscité plus de commentaires que souhaité liés aux flirts de cette dernière avec la Coalition avenir Québec. Au PQ, on a recruté un professeur de l'Université pour le comté de Sherbrooke, Yves Bérubé-Lauzière et une infirmière dans Saint-François, Sylvie Tanguay. Le Parti conservateur d'Éric Duhaime a annoncé quant à lui des candidatures dans Sherbrooke, Saint-François, Richmond et Mégantic avec Zoée St-Amand, Dany Bernier, Marylaine Bélair et Mathieu Chénard.

Pour la Coalition avenir Québec, les membres de l'équipe sortante font tous acte de présence à nouveau avec les députés et ministres Gilles Bélanger dans Orford, François Bonnardel dans Granby, Isabelle Charest dans Brome-Missisiquoi, François Jacques dans Mégantic, André Bachand dans Richmond, Geneviève Hébert dans Saint-François et la nouvelle venue et pas la moindre, madame Caroline St-Hilaire dans le comté de Sherbrooke. On ne doute pas que les partis politiques en présence complèteront leur équipe de candidats sous peu. Tout semble fin prêt pour cet affrontement politique sous fond de pandémie.

Le bilan du gouvernement Legault en Estrie

Le gouvernement sortant ne s'est pas illustré dans la défense et la promotion de dossiers de la région de l'Estrie. Il a géré l'Estrie comme les autres régions au Québec. La région vit les mêmes problèmes que bien d'autres régions et le gouvernement n'a pas capitalisé sur ce qui distingue la région de l'Estrie des autres régions du Québec comme savait si bien le faire l'ex-ministre libérale et députée de Saint-François, Monique Gagnon-Tremblay. D'ailleurs, celle-ci publiera cet automne ses mémoires politiques chez l'éditeur Septentrion. Ce sera une occasion de se souvenir de cette époque où l'Estrie avait une voix forte au gouvernement du Québec et où ses intérêts étaient priorisés.

Avec le gouvernement de la Coalition avenir Québec, on n'a pas senti que notre région avait une couleur particulière, une distinction forte. Cela est en voie de changement cependant. La désignation de Sherbrooke comme lieu d'une zone d'innovation en physique quantique semble paver la voie à la reconnaissance de Sherbrooke comme une région d'intérêt par le gouvernement. Il faut le rappeler, la région de l'Estrie est le troisième pôle urbain au Québec après les régions de Montréal et de Québec. Un pôle de recherche scientifique, d'économie du savoir et une porte ouverte sur notre principal client économique : la Nouvelle-Angleterre. Nous n'avons pas senti ce discours chez les députés sortants de la Coalition avenir Québec. La banalisation de notre région s'est même traduite par une absence du pôle média que représente Sherbrooke. On a laissé toute la place à la députée de Québec solidaire, Christine Labrie. Celle-ci a bien su saisir l'occasion pour se bâtir une notoriété qui ajoute aujourd'hui à la difficulté de la déloger pour la Coalition avenir Québec.

Sherbrooke, le chef-lieu de la bataille

En regard des forces en présence à la veille de ce combat électoral, nous avons de la difficulté à imaginer un véritable suspense sur l'identité du vainqueur dans la majorité des comtés de la région de l'Estrie. Néanmoins, une élection ça compte. Il faudra voir les performances que feront par exemple Vicky-May Hamm dans Orford pour les libéraux, Mélissa Généreux dans Saint-François et Philippe Pagé dans Richmond pour les solidaires. Il n'en demeure pas moins que la réélection d'un fort contingent des candidates et des candidats de la CAQ est une forte probabilité comme semblent le prédire pour le moment les sondages et les projections électorales sur le site Qc 125. Ce qui demeure le principal point d'intérêt de cette élection c'est le résultat dans Sherbrooke où il semble se dessiner une chaude lutte entre la députée sortante Christine Labrie et la candidate vedette Caroline St-Hilaire. Le dénouement semble imprévisible pour le moment même si je crois aux chances de madame St-Hilaire de gagner le comté de Sherbrooke lors de ce scrutin.

La capacité de madame St-Hilaire à remporter une majorité de voix tient cependant à sa capacité et à sa volonté de redonner une voix forte à Québec pour Sherbrooke et l'Estrie. Comme je l'ai mentionné plutôt, nous étions habitués dans cette région à une zone d'influence importante auprès des gouvernements du Québec et du Canada. La région de l'Estrie a eu plusieurs ministres, un premier ministre et des maires, comme Jean Perrault, qui avaient un réel rayonnement à l'échelle du Québec et du Canada. Depuis plusieurs années maintenant, l'Estrie et Sherbrooke ont perdu sa superbe. Je suis convaincu que si madame St-Hilaire devient cette voix pour Sherbrooke et l'Estrie, ses chances de remporter la victoire à l'issue du prochain scrutin sont excellentes. Plus que jamais, l'Estrie, la ville de Sherbrooke en particulier, a besoin de voir cesser ses divisions et doit se rassembler autour d'un discours fédérateur qui cessera d'opposer les riches aux pauvres, le développement économique à l'environnement ou encore les générations entre elles.

Redevenir capitale...

La ville de Sherbrooke doit redevenir la capitale de la région de l'Estrie. Nous devons devenir les champions de l'innovation. S'il y a un endroit au Québec où nous sommes en mesure de trouver des façons pour concilier le développement économique et la protection de l'environnement c'est bien à Sherbrooke où nos chercheurs sont capables d'innover et de créer. L'ancien directeur général de Sherbrooke Innopole, Pierre Bélanger avait l'habitude de dire que Sherbrooke était le secret le mieux gardé. Venant de l'extérieur de notre région, Pierre Bélanger avait reconnu tout le potentiel de cette région et de Sherbrooke que nous tardons à mettre en œuvre.

Si madame St-Hilaire se fait le porte-voix de ce talent et cherche à rassembler autour d'objectifs clairs, ses chances de devenir députée de Sherbrooke seront excellentes. En dépit de la performance très acceptable de madame Christine Labrie comme députée de Sherbrooke, celle-ci n'a pas su rassembler les gens et la région autour d'un avenir meilleur. Elle a plutôt joué le rôle du canari dans la mine décriant toutes les injustices, mais sans offrir de véritables solutions. Elle n'a surtout pas su proposer des projets rassembleurs à Sherbrooke et à la région.

Nous observerons bientôt ce que nous offrirons les candidates, les candidats et les formations politiques en présence au cours de la prochaine campagne et nous pourrons en mesurer les effets sur le champ de bataille électoral estrien...


  A LIRE AUSSI ...

L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024      
L’infantilisme de la gauche québécoise
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
L’histoire en débats

Mercredi le 22 mai 2024      
L’histoire en débats
NOS RECOMMANDATIONS
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke

Jeudi le 16 mai 2024      
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024      
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!

Mercredi le 15 mai 2024      
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée! Par Julie Meese Mercredi, 15 mai 2024
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous