Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

La louve alpha

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 12 juillet 2023      

On a assisté la semaine dernière à un concert d'éloges envers la journaliste et autrice, Denise Bombardier, qui est décédée d'un cancer fulgurant à l'âge de 81 ans. La dame, il est vrai, ne passait pas inaperçue. De toutes les personnalités que le Québec ait connues, madame Denise Bombardier était l'une de ses plus grandes figures intellectuelles. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle avait un sacré bagout. Pour elle, la parole et les mots constituaient ses meilleures armes et elle ne craignait pas le débat. Les vrais débats. Ces moments où les idées s'entrechoquent et s'affrontent autour d'idées claires et exprimées sans chercher à se faire mouton devant les lieux communs des idées bien reçues des têtes bien-pensantes. Madame Denise Bombardier était un être unique et sa disparition de notre paysage médiatique et littéraire mérite bien ces mots de cette chronique d'aujourd'hui.

Denise Bombardier, une femme unique

Denise Bombardier est effectivement une femme d'exception. Née le 22 janvier 1941 à Montréal, au Québec, Denise Bombardier est une autrice, journaliste, animatrice de télévision et chroniqueuse québécoise. Elle est connue pour sa carrière prolifique et son engagement dans le domaine des médias.

Denise Bombardier a commencé sa carrière en journalisme à un jeune âge. Elle a travaillé pour plusieurs journaux, dont Le Devoir, avant de se lancer dans l'écriture de livres et de devenir une chroniqueuse très respectée. Ses écrits portent sur une variété de sujets, notamment la société, la politique, la culture et les droits des femmes.

Au fil des années, Denise Bombardier s'est imposée comme une figure influente au Québec et au-delà. Elle a animé plusieurs émissions de télévision à succès, dont Les femmes en marge et Bombardier où elle abordait des sujets de société importants. Son franc-parler et sa capacité à traiter de questions controversées ont fait d'elle une personnalité publique incontournable.

|banniere-article|

Denise Bombardier a également été une voix forte pour la défense des droits des femmes. Elle a milité pour l'égalité des sexes et a dénoncé les injustices et les discriminations dont les femmes sont victimes. Son engagement dans ce domaine a contribué à faire avancer le débat sur les questions de genre au Québec.

En reconnaissance de ses contributions exceptionnelles, Denise Bombardier a reçu de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Elle est membre de l'Ordre du Canada et de l'Ordre national du Québec, entre autres honneurs.

Denise Bombardier est une femme qui a marqué le paysage médiatique québécois et qui continue à susciter le débat avec ses prises de position audacieuses. Son parcours et son influence font d'elle une femme d'exception.

Une autobiographie courageuse

Celles et ceux qui veulent mieux connaître madame Bombardier peuvent y avoir accès avec ses propres mots. Femme de combats et d'engagements, Denise Bombardier n'a jamais eu peur des polémiques et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle n'avait pas la langue de bois. Dans son autobiographie publiée aux Éditions Plon à Paris en 2018, Denise Bombardier raconte sa vie et règle ses comptes avec un réalisateur de Radio-Canada connu lors de son adolescence, dénonce les comportements inappropriés et déplacés de son co-animateur vedette, aujourd'hui à la retraite et raconte son parcours professionnel exceptionnel. Au passage, elle nous livre ses confidences sur sa relation de haine avec son père, l'alcoolisme de ses parents et ses aventures sentimentales et amoureuses. Un livre coup de poing qui ressemble bien à son autrice. Un livre à lire absolument si vous vous intéressez à cette femme peu commune du Québec.

Denise Bombardier a fréquenté et connu tous les personnages importants du Québec au 20e siècle. Elle a écrit sur Céline Dion, eu une vie amoureuse tumultueuse et connu tous les grands personnages politiques de l'époque tels Pierre Bourgault, René Lévesque, Pierre Elliott Trudeau et de nombreux autres. Elle fut membre du Parti libéral du Québec et membre active d'une cellule étudiante du Rassemblement pour l'indépendance nationale. La politique animait sa vie. Cela l'a menée au journalisme et aux entrevues qui l'ont fait avantageusement connaître d'un large public.

Elle fut aussi une amante de la France de nos ancêtres et elle n'a jamais vu fléchir son amour pour le Québec.

|banniere-article|

Française, bien que québécoise et lucide

Elle a vécu à Paris. Elle aimait profondément la France : « Durant mes trois années à Paris, Claude et moi avons parcouru toutes les régions, avides de nous perdre dans leurs beautés secrètes, de découvrir les sites classés où chaque pierre raconte une histoire, où chaque lopin a été foulé par l'homme. Au Québec comme dans le reste du Canada, nombre de territoires sont vierges et uniquement déchiffrables par les géographes et les archéologues, habitués à faire parler les pierres, les montagnes et les millions de lacs (non recensés), mais en France tout reste à dimension humaine. Traverser ce pays de mon cœur est rassurant, car on a l'impression de mettre ses pas dans ceux des habitants des siècles, voire des millénaires précédents. La nature ne semble jamais sauvage. Lorsque je me promène dans des forêts françaises, j'ai toujours le sentiment qu'elles ont été balayées et aménagées par la main de l'homme. Dans le nord du Québec et du Canada, sur des territoires peuplés d'à peine quelques centaines de milliers d'autochtones très isolés les uns des autres, on se sent disparaître. »  (Denise Bombardier, Une vie sans peur et sans regret, Paris, Éditions Plon, 2018, 480 p.)

Outre son grand amour pour le Québec et la France, madame Bombardier qui appartenait aux deux mondes comme nul autre, se démarquait par sa très grande lucidité et son regard critique sur le monde et sur le Québec. Elle a souvent été blessée. Bref, Denise Bombardier était une sorte d'écorchée de la vie, une grande sensible. Elle savait mieux que quiconque que nul n'est prophète en son pays.

Elle éprouvait de la nostalgie pour une certaine télévision où il y avait place à la discussion entre intellectuels comme en France : « Il est vrai que c'était une époque où l'on pouvait - encore - accueillir longuement des intellectuels et des artistes de haut niveau, auxquels on accordait une importance définie par le temps d'antenne. Avec Raymond Aron, comme avec Jean-François Revel, le premier ministre Michel Rocard, ou les écrivains Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, Georges Simenon, Albert Cohen, Anne Hébert et tant d'autres, les entretiens duraient au minimum une demi-heure, voire une heure avec une courte pause. En ces temps lointains, nous avions de la télévision une conception pédagogique à destination d'un large public, vision impensable et impossible aujourd'hui, à l'époque de l'instantanéité et du divertissement à tout prix. "Autres temps, autres mœurs." Et la nostalgie n'est d'aucun secours. » (Ibid.)

Une grande dame qui laissera un grand vide

Pour moi, madame Denise Bombardier était une louve qui prenait soin de ses petits, le Québec et la France. Même si les loups semblent être des animaux froids et agressifs, il s'agit d'animaux très rusés et familiers. Chez le loup, comme d'autres espèces animales sauvages, il existe le cas du mâle alpha, qui est généralement le seul à se reproduire avec la femelle bêta afin de créer une meute avec sa propre progéniture. Au-delà de son privilège de s'accoupler, le mâle alpha a aussi de grands instincts familiaux, puisqu'il prend soin des petits, participe à la recherche de nourriture pour la survie de la meute et protège tous les siens.

Denise Bombardier a toujours fait preuve d'une grande indépendance d'esprit. On l'aimait où on la détestait, mais personne n'était indifférent à cette femme. Malgré ses dehors prétentieux, elle était une Québécoise fière et entière qui protégeait les siens. Elle n'a jamais craint de décrier les dérives qu'elle notait parmi nous comme ces derniers temps la culture woke. Elle détestait plus que tous les arguments convenus et les têtes bien-pensantes conformistes. Pour moi, madame Denise Bombardier est en quelque sorte une louve alpha. Sincères condoléances à sa famille et amis.



  A LIRE AUSSI ...

Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024      
Les maudits gauchistes
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024      
Se raconter des histoires…
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
NOS RECOMMANDATIONS
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!

Mercredi le 15 mai 2024      
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc

Jeudi le 16 mai 2024      
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke

Jeudi le 16 mai 2024      
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

inscription infolettre 600
Un constat d’échec Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous