Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Une minute de réflexion. Surtout pas plus…

 Imprimer   Envoyer 
Photo : Pexels.
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 25 mars 2024      

Donald Trump s'enflamme : « ce sera une boucherie si je ne suis pas élu! » L'économie va s'écrouler et tout le reste avec...

Cette chronique ne parlera pas de Trump. Même s'il fait partie de la première phrase.

Cette chronique utilisera beaucoup de mots pour transmettre une grande préoccupation qui m'habite.

Je dis beaucoup de mots à cause de notre rapport au temps qu'on passe à lire un texte, à consulter un écrit quelconque. Et je constate que mon « beaucoup de mots » devient « beaucoup trop de mots » si je veux m'inscrire dans la dynamique des médias sociaux.

|banniere-article|

La communication, disons, contemporaine, vise un idéal de 30 à 60 secondes de rétention d'attention de la part du lecteur/auditeur. Ainsi, il n'est pas rare de voir, juste au-dessus du titre d'un article ou d'un texte, la mention : Nécessite environ 4 minutes de lecture.

Comme si c'était un avertissement par rapport à quelque chose de dangereux. Comme si on voulait convaincre que ce n'est pas si pire que ça, ce texte-là!

Dans une époque où on réagit à tout, la notion de temps est complètement tordue!

Bref, tout doit entrer en quelques secondes. Moins d'une minute, idéalement.

Les messages très courts escamotent la réflexion. Parfois, c'est juste sympathique. Quand Jay Du Temple propose qu'un gars peut porter du vernis à ongles et adopter un habillement original, c'est tel que tel. Ça peut même ouvrir les esprits par rapport à l'acceptation de la diversité, de la différence.

Mais quand veut entrer une réflexion sociale ou politique dans un clip de 45 à 60 secondes, je lève le drapeau rouge. Le point, c'est que pour faire entrer une idée dans si peu de temps, il faut se limiter à proposer un exemple qui a l'air logique, mais qui est surtout accrocheur.

Deux exemples.

Une vidéo qui circule sur Facebook (entre autres, sûrement). Une dame s'insurge contre la société : il y a 150 ans, on pouvait faire pousser ce qu'on voulait sur les terres qui nous appartiennent et les vendre à qui on voulait. On pouvait construire ce qu'on voulait comme on le voulait. Mon terrain était mon terrain. En ville ou ailleurs. On ne me réclamait pas des impôts et des droits sur toutes mes actions. Et ça fonctionnait bien. Les gens étaient libres. Si vous pensez que vous êtes libres maintenant, c'est faux! 

À première vue, sans réflexion, on peut se dire que la dame a bien raison. Mais c'est dangereux de prendre un raccourci si intense!

|banniere-article|

D'abord, il y avait 40 millions d'Américains en 1870. Il y en a 300 millions de plus aujourd'hui. Ce simple constat implique une structure publique de gouvernance pour assurer la fluidité relative de la vie quotidienne.

Si chacun fait ce qu'il veut, aujourd'hui, la guerre deviendra civile en deux temps, trois mouvements.

Ce n'est que mon premier argument. On pourrait en jaser longtemps. Mais de résumer ainsi en une anecdote le concept de liberté est pour le moins dangereux.

Deuxième exemple. Cet Américain qui se filme, toujours en train de consommer quelque chose (acheter un item ou manger de la crème glacée), démontrant ainsi sa liberté,  et qui lance des réflexions qui peuvent en séduire plus d'un.

Du genre : « je crois que tous les politiciens devraient porter un manteau spécifique, un peu comme celui des coureurs automobiles. Ainsi on saurait, grâce aux logos, à qui ils appartiennent! »

Comique au premier abord, c'est subitement moins drôle quand on voit qu'il s'agit de quelqu'un qui multiplie ces remarques et qui est visiblement assez riche pour avoir l'impression d'être autonome dans la vie.

Baser notre réflexion sur des phrases accrocheuses et bien ficelées, c'est dangereux. Mélanger ça au fait que l'attention disponible à la réflexion est de moins d'une minute, c'est périlleux.

Et ça renvoie le sempiternel message : vivez vos vies, quelqu'un, quelque part, réfléchit pour vous.

Continuez surtout de consommer. Tout ira bien!

 

Clin d'œil de la semaine

On est devenus des spécialistes de l'opposition.

Proposer des idées est plus engageant. Chialer est tellement plus simple!


  A LIRE AUSSI ...

Étouffante étoffe

Lundi le 29 avril 2024      
Étouffante étoffe
Rien de plus important… que le cellulaire

Mardi le 21 mai 2024      
Rien de plus important… que le cellulaire
Puissante candeur de la jonquille

Lundi le 13 mai 2024      
Puissante candeur de la jonquille
NOS RECOMMANDATIONS
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024      
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke

Jeudi le 16 mai 2024      
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

inscription infolettre 600
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée! Par Julie Meese Mercredi, 15 mai 2024
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous