Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Les idées reçues !

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 24 janvier 2024      

Rien ne me passionne plus que l'observation des différents acteurs dans la joute politique. En ce début d'année, je suis plutôt bien servi tant avec la scène politique internationale avec les guerres au Moyen-Orient et en Ukraine. Il y a aussi les événements politiques aux États-Unis, en France, au Canada, au Québec et même sur la scène municipale à Sherbrooke avec la rentrée annoncée de madame Évelyne Beaudin. Que d'événements à commenter, disséquer, analyser et comprendre ! Le pied absolu pour un chroniqueur. Il est vrai qu'il est beaucoup plus facile de commenter l'actualité que de la faire. Moment pour réitérer mon plus grand respect pour celles et ceux qui s'investissent dans l'action politique. Que nous soyons en accord ou en désaccord avec l'un ou l'autre de ces élus tant chez nous qu'ailleurs, il faut reconnaître les bons et les mauvais coups et chercher à décrypter les actions mises de l'avant avec les objectifs poursuivis. Chose certaine, le matériel ne manque pas en ce début de 2024 pour chroniquer sur la petite et la grande politique. Tour d'horizon d'enjeux politiques d'ici et d'ailleurs. Je vous offre la tournée politique de ce début d'année.

La France de Macron

On peut s'intéresser à la politique française qui est un monde complexe aux multiples rebondissements et aux références historiques constantes dans le discours public. D'autant plus que si l'on fréquente les réseaux d'information en continu tels BFM, LCI ou Cnews, on y retrouvera, du moins à Cnews, des visages de notre paysage du commentaire politique. L'ineffable Mathieu Bock-Côté sévit sur ce réseau en y prenant tellement ses aises qu'on pourrait penser qu'il est un Français. Ce n'est pas cautionner ses idées que de reconnaître son talent et l'amplitude de sa culture politique française. Cela dit, il répète là-bas comme ici les mêmes inepties de la droite conservatrice.

Si l'on se donne la peine d'observer les acteurs politiques français, on est happé par l'immense talent de communicateur politique du président Emmanuel Macron. Quel Machiavel ! Le renvoi de sa première ministre Élisabeth Borne et la nomination du jeune talentueux Gabriel Attal a été joué finement sur du papier à musique. Même chose pour la nomination de son nouveau conseil des ministres qui pour l'essentiel s'est traduit par la reconduction des mêmes personnages avec l'arrivée de la vedette de la droite Rachida Dati. Ce qui aux yeux des observateurs de la scène politique française a confirmé le tour de vis à droite du président Macron et l'influence marquée de l'ancien président Nicholas Sarkozy sur l'actuel locataire de l'Élysée. Outre le jeu politique partisan, l'observation de la politique française rappelle que toutes les démocraties vivent les mêmes problèmes que nous au Québec : l'immigration, l'école, le réseau de santé et le coût de la vie. Ce qui marque la plus grande différence de la France et nous c'est la violence dans les propos et les actions que l'on retrouve dans la gestion des rapports sociaux en France. Autre différence significative, la qualité des acteurs politiques, leur verve et leur épaisseur de culture historique. Nous sommes ailleurs qu'au Québec.

Le pays de Trump

Notre voisin au Sud, cette grande démocratie que sont les États-Unis d'Amérique vivent aussi des moments forts sur le plan politique. D'ailleurs, les nouvelles provenant des États-Unis sont ou bien des faits divers surréalistes tels les tueries, les grandes catastrophes climatiques ou le cirque de Donald Trump. Eh bien mesdames et messieurs, cramponnez-vous bien à votre fauteuil, le cirque de Trump est en ville et il risque d'offrir de nombreuses représentations supplémentaires de son spectacle désolant et dommageable pour les valeurs défendues par les démocraties occidentales. Cela dit, rien ne sert de s'acharner sur Trump. Prenons plutôt parti de reconnaître son caractère de phénomène. Comment dire autrement d'un homme qui fait l'objet de maintes accusations criminelles et qui continuent de carburer dans les plus hautes stratosphères d'approbation de l'opinion publique américaine ? Il doit bien y avoir quelque chose qui plaît à l'électorat américain chez ce diable d'homme. Je vous le donne en mille. Les États-Unis vivent les mêmes problèmes que les autres : l'immigration, l'école et le coût de la vie. Chez notre voisin, la santé est moins un enjeu qu'en France ou que chez nous, car il y a de nombreux exclus du régime. Les pauvres peuvent difficilement avoir accès à des soins de santé bien qu'il existe le Obamacare. Ce qui ressort aussi c'est l'extrême polarisation de la société américaine et la présence d'une guerre culturelle entre le Nord et le Sud, les grandes villes et les communautés rurales.

|banniere-article|

Si l'on ajoute à cela la complexité de l'organisation politique qui varie d'État en État, nous sommes devant un phénomène. Une société politique qui est un véritable laboratoire d'étude.

Il reste que la question que nous nous posons tous est simple : Trump peut-il redevenir président des États-Unis ? Pour le moment, bien malin qui pourrait prétendre prédire le résultat de la prochaine élection présidentielle américaine de novembre prochain. Il semble maintenant aller de soi que le candidat républicain sera Donald Trump. Il ne fait pas de doute non plus que son opposant sera le démocrate Joe Biden. Les Américains auront donc droit à la réédition de 2020, un match Trump vs Biden. Ce qu'ils ne souhaitaient pas nous disent tous les sondages. À moins d'une catastrophe, l'éjection de Trump par des entourloupettes constitutionnelles d'États démocrates qui veulent retirer son nom du bulletin de vote ou une incapacité physique de Joe Biden qui se fait vieux. Nous aurons donc droit au retour du même. Si Trump gagne, nous revivrons en pire l'épisode America first à puissance mille et s'il perd, ce qui est une probabilité incertaine aujourd'hui selon les sondages dans les États pivots, il contestera le résultat des élections. L'Amérique polarisée deviendra l'Amérique paralysée...

Chez nous maintenant...

Au Québec et au Canada, ce n'est guère mieux, il faut se le dire. Au Canada, Poilievre continue de jouer au mini-Trump faisant de la polarisation son schéma d'intervention politique. Son attaque frontale et méprisante contre la mairesse de Montréal, Valérie Plante et le maire de Québec, Bruno Marchand en est une preuve incontestable. Cette manière de faire de la politique n'a pas eu jusqu'ici d'échos en terre québécoise, Poilievre changera-t-il la donne ? À suivre. J'aurais maintes occasions de revenir sur ce sujet dans mes prochaines chroniques.

Au Québec, nous sommes encore dans la tragi-comédie des grèves du secteur public, de la crise de l'école publique et celle de notre réseau de la santé. Le silence ce dernier mois du premier ministre Legault bienfaiteur pour ses intérêts sera bientôt brisé et nous reviendrons à la case départ. On continuera dans l'industrie du commentariat politique de chanter les louanges de Paul St-Pierre Plamondon qui a choisi pour sa rentrée de donner dans les lieux communs en faisant de l'immigration son cheval de bataille, liant la question à la crise du logement, à la crise de l'école et pourquoi pas à notre réseau de la santé. À la clé, la solution est toute trouvée, l'indépendance du Québec. La table est mise pour promouvoir les débats d'hier en cherchant à les remettre au goût du jour. Pendant ce temps, on ne parle pas des changements climatiques, de la nécessité de revoir nos vieilles habitudes. Pour survivre à 2024, je suis d'avis qu'il faudrait se mettre à l'ouvrage afin de combattre les idées reçues...



  A LIRE AUSSI ...

Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024      
Les maudits gauchistes
L’histoire en débats

Mercredi le 22 mai 2024      
L’histoire en débats
NOS RECOMMANDATIONS
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024      
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!

Mercredi le 15 mai 2024      
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 16 mai 2024
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous