Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Déliquescence démocratique

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 16 février 2022      

Duel, film d'action de Steven Spielberg, diffusé dans les années 1970, une adaptation d'une nouvelle homonyme signée Richard Matheson. L'action se passe dans le désert de la Californie. Un homme sans histoire, mais dominé par sa femme se retrouve poursuivi par un camion, dont on ne voit jamais le visage du conducteur joue le rôle du bourreau. Un film qui nous tient sur le bout de notre siège et qui révèle déjà le grand talent de Spielberg. On ne pourrait trouver de meilleures métaphores pour essayer de comprendre les angoisses et le ras-le-bol de milliers de Canadiennes et de Canadiens pris en otage par des camions notamment depuis plus de deux semaines dans la ville d'Ottawa. (Cette chronique est écrite le 13 février 2022.) Encore aujourd'hui, les autorités peinent à rétablir l'ordre contre cette colère organisée en manifestation et en siège à l'encontre des mesures sanitaires et les mesures mises en place par les gouvernements pour combattre la pandémie de la COVID-19. Cela met la table à une réflexion sur l'état des lieux démocratiques au Canada.

Bilan gouvernemental en matière de pandémie

Je l'ai écrit souvent dans le cadre de cette chronique. Les différents gouvernements ont fait tout leur possible pour protéger la santé et la vie de la population sous leur responsabilité contre ce virus mortel qui a tant sévit. Pour y parvenir, les gouvernements ont dû restreindre nos libertés, fermer des pans entiers de l'économie et dépenser des sommes astronomiques pour procurer des équipements de protection aux personnels de la santé, soutenir financièrement les individus et les entreprises victimes de cette crise sans précédent et acheter des vaccins à grands frais aux compagnies pharmaceutiques qui ont réalisé l'exploit de développer un vaccin efficace contre ce virus pour nous préserver de ses effets les plus graves et éviter à plusieurs une mort certaine. Au moment où j'écris ces lignes, cette pandémie est loin d'être terminée. Le variant Omicron fait rage et il emporte quotidiennement de nombreuses vies humaines au Québec et au Canada. En même temps, notre société fait face à une vaste campagne de désinformation. Des groupes extrémistes et antidémocratiques, appuyés par des forces obscures internationales, ont profité de l'occasion pour déstabiliser encore plus les démocraties occidentales en prenant appui sur la misère réelle des populations qui voient leurs vies mises sur pause. Nous sommes tous à fleur de peau, nous pointons nos voisins comme responsables parce qu'en temps de crise, il faut identifier un coupable. Plus que jamais, nous sommes fragiles. Si nous sommes fragiles, nos démocraties le sont aussi. C'est le terreau fertile aux événements de désobéissance que nous voyons chez nous comme ailleurs. Il faut prendre un pas de recul et comprendre où nous en sommes et surtout pourquoi nous en sommes là.

Le bris de confiance de la population envers ses institutions et ses élus

Ce n'est pas la pandémie qui est responsable de l'état actuel des choses. La pandémie est plutôt un révélateur d'une crise des consciences plus profonde. Je l'ai écrit souvent dans cette chronique, nous sommes animés d'un individualisme sans précédent, nous ne voulons plus que du pain et des jeux et nous avons perdu, quoi qu'en disent nos élus, le sens de la solidarité. Devant un danger réel comme la pandémie, nous avons peine à nous rassembler pour faire front commun même s'il faut le reconnaître, la société québécoise fait figure de modèle dans ce portrait sombre de l'humanité au 21e siècle. Nous avons perdu foi en nos institutions et en nos élus. Le terrain est fertile aux démagogues, aux populistes de tout acabit. Les outils d'information nouveaux permettant de s'exprimer comme sont les réseaux sociaux libèrent la parole et la haine se distille à coup de tweet et de post. Pas de garde-fou médiatique pour calmer le jeu. La haine et la colère se répandent et s'insinuent dans nos âmes et nos consciences. Si une telle chose est devenue possible ce n'est pas seulement parce que nous sommes fragiles aux mensonges et aux manipulations, mais parce que nous avons aussi de bonnes raisons de nous méfier de ceux qui nous gouvernent, qui nous ont tant promis et qui nous ont si souvent déçus. La démocratie est en crise. La pandémie ne fait que nous révéler ce que nous sommes.

La cacocratie et le néo-libéralisme

Je viens d'achever de lire un essai de Michel Lincourt paru en 2020 aux Presses de l'Université Laval et intitulé : La cacocratie ou la démocratie assassinée par le mensonge. Un essai intéressant qui s'inscrit dans les sentiers des travaux d'un Thomas Piketty et qui fait une démonstration convaincante des malaises que nous retrouvons dans notre monde. Le point d'ancrage de l'analyse de Lincourt est une critique acerbe du néo-libéralisme et de la financiarisation de l'économie capitaliste libérale. Avec clarté et beaucoup de détermination, Michel Lincourt fait le procès des grands de ce monde qui n'hésitent pas à sacrifier la vie pour leurs bénéfices. Voici ce qu'en dit Josiane Boulad-Ayoub dans la préface du livre : « Ainsi, Michel Lincourt déconstruit, tour à tour, la Toile qui envahit tous les recoins de nos activités, la propagande commerciale qui nous aveugle. Ensuite, bas les masques, les grands faux, les grands mensonges de l'histoire écoulée et contemporaine, sont cités au banc des accusés. Voici défiler les sanglants coupables qui nous enfoncent de plus en plus dans l'immense marécage où nous vivons et qui a pour nom cacocratie. » (p. 2)

Lincourt pose un diagnostic juste de la réalité même si les solutions qu'il propose ne sont pas encore à point. Il écrit : « Quelle est l'idéologie qui unit ces gens qui nous gouvernent ? C'est le néo-libéralisme. C'est le culte pathologique de l'argent. C'est la recherche morbide du profit. C'est la croyance que la prospérité ─ ou le bonheur des gens selon eux ─ se fonde uniquement sur la croissance perpétuelle de l'économie. C'est l'exigence de la liberté absolue pour eux et la soumission non moins totale de tous les autres. C'est la mutation de l'information en divertissement. C'est considérer que la valeur d'un individu se fonde exclusivement sur son pouvoir d'achat... On privatise la dette gouvernementale... On laisse le taux de change flotter... Aux USA, les chefs d'entreprises s'accordent une rémunération 312 fois plus élevée que celle de leurs employés, au Canada, ils s'accordent 187 fois plus... On dégrade les citoyens en individus, les individus en consommateurs, les consommateurs en internautes et les internautes en zombies branchés et tout le monde se trouve content. On déménage l'industrie manufacturière dans le tiers-monde, où l'on exploite un sous-prolétariat qui crève de faim, et personne ne s'offusque. » (p. 545-547)

Des mots durs, mais à mon sens pertinents. Devant tout cela, nos élus ont démissionné. Ils ont permis à ces forces de la financiarisation de l'économie de contrôler notre monde et nos vies. Vous trouvez étonnant que des démagogues de toute nature puissent y trouver un terreau fertile au recrutement pour leur révolte, comme celui des gilets jaunes ou des camionneurs. Pas moi.

Il faut que nous puissions reprendre le contrôle de notre monde. Nous devons combattre pour une économie libérale qui ne carbura plus aux inégalités sociales. Il est temps que nos élus se lèvent et qu'ils fassent corps avec la très grande majorité de la population pour mettre fin à cette déliquescence démocratique...

  A LIRE AUSSI ...

L’histoire en débats

Mercredi le 22 mai 2024      
L’histoire en débats
Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024      
Les maudits gauchistes
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
NOS RECOMMANDATIONS
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024      
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc

Jeudi le 16 mai 2024      
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Un constat d’échec Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée! Par Julie Meese Mercredi, 15 mai 2024
La programmation du festival Sherblues & Folk 2024 est dévoilée!
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous