Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Circulez, il n’y a rien à voir…

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 15 février 2023      

En 1980, le grand poète et chanteur français Léo Ferré lançait un nouveau microsillon, La violence et l'ennui, une œuvre puissante. Dans l'une des chansons sur ce vinyle, il y a celle qui porte le titre de l'album, Ferré déclame ceci :

« Nous de l'autre côté de la terre et des phrases. Nous des marges, nous des routes, nous des bordels intelligents. Ô ma sœur la violence, nous sommes tes enfants. Les pavés se retournent et poussent en dedans ».

Ces paroles de Léo Ferré me sont revenues en tête lorsque nous avons appris le drame incompréhensible, pour lequel nous n'avons aucune explication, d'un chauffeur d'autobus de Laval qui s'est servi de son véhicule comme bélier dans une garderie sans histoire tuant deux jeunes enfants et en blessant six autres.

Cette nouvelle a chassé toutes les autres de ma tête. Le discours de l'Union de Joe Biden, la crise sociale en France en marge de la réforme des retraites, l'entente sur la santé du gouvernement du Canada ou encore chez nous la décision de notre conseil municipal de démolir le stationnement Webster au centre-ville de Sherbrooke. Mais comment réfléchir à voix haute sur quelque chose que l'on ne comprend pas ? Ce sera le défi de cette chronique.

La sagesse de Léo Ferré

L'album de Léo Ferré qui contient cette chanson La violence et l'ennui est une ode contre la violence même s'il décrit la turpitude et l'ineptie de notre époque. Il écrit « Moi, je ne pleure plus ». Il nous invite à vaincre nos peurs et à aimer en fuyant toutes les violences : « L'amour toujours l'amour. Ah ! Cet amour serein. Cet amour qui vous monte à la bouche comme une grenade. » Il nous invite à prendre les armes pour vaincre la déraison et la violence. Mais ces armes sont l'amour, le foutre : « Ô ma sœur la violence, ô ma sœur lassitude. Ô vous jeunes et beaux empêtrés dans vos charmes. Il faut faire l'amour comme on va à l'étude. Et puis descendre dans la rue. Il faut faire l'amour comme on commet un crime. » Il termine cette ode à la non-violence en peignant un Nous nouveau : Nous d'une autre trempée et d'une singulière extase. Nous de l'épique et de la déraison. Nous de l'autre côté de la terre et des phrases. Ô ma sœur la violence. Ô ma sœur de raison... Des portes de secours sont ouvertes là-bas. Il suffit de pousser un peu plus, rien qu'un geste... »

La poésie de Ferré fait bien à l'âme. Une âme mortellement blessée par les événements de Laval.

La perte de sens et de repères

Comment interpréter l'indicible ? Comment comprendre ce qui n'est pas accessible à la raison ? Depuis l'esprit des lumières, les humains cherchent à créer un ordre nouveau d'un monde de raison qui chasse celui des superstitions et des croyances. Pourtant, croire à un être suprême, un grand ordonnateur des choses n'est pas que sentiment religieux. Il y va de quelque chose qui s'apparente à un monde intérieur, un monde spirituel. Même Robespierre, au temps fort de la Révolution française et de la terreur, a cru bon de convaincre les membres de son assemblée à la Convention de l'importance de croire à un être suprême afin de permettre de poser des repères à la vie sociale de son époque. Dans un livre publié à Paris chez Gallimard en 2018, le philosophe français Marcel Gauchet écrit à ce sujet en citant Robespierre concernant les vérités morales : « Or, ces vérités morales trouvent dans les idées religieuses leur caution la plus sûre. Le chef-d'œuvre de la société serait de créer en l'homme un instinct rapide qui, sans le secours tardif du raisonnement, le portât à faire le bien et à éviter le mal... Or ce qui produit ou remplace cet instinct précieux, ce qui supplée à l'insuffisance de l'autorité humaine, c'est le sentiment religieux qu'imprime dans les âmes l'idée d'une sanction donnée aux préceptes de la morale par une puissance supérieure de l'homme. Il est donc indispensable de préserver le sens du lien sacré qui unit les hommes à l'auteur de leur être, en épurant l'ancienne religion de ses croyances superstitieuses et en écartant l'imposture des prêtres, pour n'en garder que le noyau fondamental. » (Marcel Gauchet, Robespierre, l'homme qui nous divise, Paris, Gallimard, 2018, 288 p.)

Ce dont il est question ici c'est la disparition du lien social qu'est la religion dans la société révolutionnaire française. Le parallèle que nous pouvons tracer aujourd'hui avec les événements de Laval c'est que nous vivons dans une société qui a perdu tous ses repères et qui réussit difficilement sa quête de donner du sens autrement que par notre fuite en avant dans la consommation et dans l'idolâtrie d'un moi tout puissant. On peut bien évoquer sans savoir de quoi, ni de qui l'on parle, la santé mentale à tout vent. Je crois cependant que le plus grand enjeu auquel nous sommes confrontés c'est la perte de sens et de repères qui mènent à des abominations que la raison ne peut expliquer.

Respecter le deuil des familles

Je comprends que les médias en fassent leur pain et leur beurre de la tuerie gratuite d'enfants dans une garderie. Cela tombe sous le sens. Nous nous agitions tous ensemble. Nos dirigeants politiques accompagnent les endeuillés, mais nous devons à mon avis faire preuve de plus de retenue dans cette affaire. Il faut cesser de chercher le coupable. Taire nos solutions à mettre de l'avant pour éviter qu'un tel drame se reproduise. Éviter de nous projeter dans un monde où nous multiplierons les précautions autour de nos garderies en pensant qu'un tel événement risque de se reproduire. Nous devons respecter le deuil des familles des deux enfants. Il faut accepter parfois de ne pas savoir. Tout ne s'explique pas par la raison. Jean-Jacques Rousseau avait peut-être tort, l'homme n'est peut-être pas fondamentalement bon pour autrui. Parmi les hommes et les femmes, il y a des gens qui souffrent et qui refusent de le voir. Chose certaine, nous sommes devant un événement que notre raison ne parvient pas à expliquer. Ni hier, ni aujourd'hui et probablement pas non plus demain. Nous sommes face à la déraison indicible. L'événement tragique de la tuerie inutile et odieuse de deux enfants dans une garderie à Laval est ce genre d'événement pour lequel il faut nous dire : Circulez, il n'y a rien à voir...


  A LIRE AUSSI ...

Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024      
Un constat d’échec
Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024      
Les maudits gauchistes
L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024      
L’infantilisme de la gauche québécoise
NOS RECOMMANDATIONS
Le Groupe Beaucage décroche l’or au  palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada

Mardi le 14 mai 2024      
Le Groupe Beaucage décroche l’or au palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle

Mardi le 14 mai 2024      
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle
Une nouvelle école primaire sera enfin construite à Sherbrooke

Vendredi le 10 mai 2024      
Une nouvelle école primaire sera enfin construite à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec

François Fouquet
Lundi, 13 mai 2024
Puissante candeur de la jonquille

inscription infolettre 600
Une nouvelle école primaire sera enfin construite à Sherbrooke Par Julie Meese Vendredi, 10 mai 2024
Une nouvelle école primaire sera enfin construite à Sherbrooke
Le Groupe Beaucage décroche l’or au  palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada Par Julie Meese Mardi, 14 mai 2024
Le Groupe Beaucage décroche l’or au palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle Par Daniel Campeau Mardi, 14 mai 2024
Les policiers de Sherbrooke enquêtent sur un incendie d'origine criminelle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous